Connect with us

Justice

Cellou Dalein Diallo attendu à la CRIEF: son camp dénonce déjà des irrégularités 

Publié

le

Comme vous le savez, Cellou Dalein Diallo est attendu le 13 juin prochain à la Cour de répression des infractions économiques et financières (CRIEF). Du côté de ses avocats, on commence déjà à préparer la défense. Selon Maitre Amadou Diallo, conseiller juridique du président de l’UFDG, cette convocation comporte plusieurs irrégularités. 

Dans l’émission Mirador chez nos confrères de FIM FM, maître Amadou Diallo estime que la convocation de Cellou Dalein n’indique pas les faits reprochés au président de l’UFDG. Contrairement aux dispositions de l’article 144 du code de procédure pénale et les déclarations dans la presse. 

« Cette convocation, quand vous l’examinez sur le plan strictement juridique, je pense qu’elle n’est pas régulière. Parce qu’elle n’est pas conforme à l’article 144 du code de procédure pénale ; dans la mesure où elle n’indique pas les faits qui sont reprochés à monsieur Cellou Dalein Diallo. Or, cet article est clair. Normalement la convocation doit indiquer les faits qui sont reprochés à monsieur Diallo, ainsi que leur qualification. Or si vous avez remarqué, la convocation ne contient que les qualifications à savoir détournement des deniers publics, enrichissement illicite et corruption d’agents publics, mais on ne connaît pas les faits. Ça c’est déjà un problème. » Dénonce maître Amadou Diallo.

Il dénonce également le fait que la convocation de CDD soit signifié directement à Maître Salifou Béavogui. Il explique que l’ancien Premier ministre Cellou Dalein n’a pas encore constitué d’avocats dans cette affaire. Pour Me Diallo, ce n’est pas à la CRIEF de convoquer et de désigner des avocats pour les accusés. 

 «Ce n’est pas à la CRIEF de choisir l’avocat de monsieur Cellou Dalein Diallo et il n’appartient pas non plus à l’huissier de choisir l’avocat de monsieur Cellou Dalein. » Explique le conseiller juridique du président de l’UFDG. 

Mamadou Ciré Barry pour Kumpital.com

Justice

Guinée | Procès des massacres du 28 septembre 2009 : les promesses de Charles Wright 

Publié

le

Par

Aucune date n’est pour le moment annoncée pour la tenue du procès mais les préparatifs suivent leur cours. Une formation  à l’endroit des magistrats et greffiers qui doivent participer au procès se tiendra dans les prochains jours. Une formation dont le plan a été présenté ce vendredi 26 août 2022 au Centre de Formation Judiciaire (CFJ) à Conakry. Une occasion pour le garde des sceaux de rassurer et de faire des promesses concernant ce procès tant attendu. 

Charles Wright, après avoir rappelé l’importance de ce rendez-vous judiciaire historique pour la Guinée, explique que le pays sera suivi par les autres notamment la CPI qui a fait confiance à la Guinée, en sa capacité d’organiser un procès d’une telle importance. Il dit d’ailleurs, être en contact permanent avec la Cour Pénale Internationale dans cette affaire. Par ailleurs, le garde des sceaux annonce la participation au procès d’autres avocats  étrangers qui vont épauler ceux déjà sur place.

« Il y aura des avocats qui viendront de l’étranger. Les magistrats que vous êtes, je n’ai aucun doute quant à votre capacité à gérer la pression et tout ce que les gens diront. Mais vous verrez que ceux qui seront nommés vont être encadrés par des pools de magistrats parce que c’est l’image de la Guinée qui est là.» A annoncé Charles Wright devant les magistrats. 

Preuve de la transparence et du sérieux que le ministre voudrait accorder à ce procès, Charles Wright promet des séances médiatisés : « La particularité de ce procès, à la différence du procès des gangs et autres, c’est que ce procès va être médiatisé à outrance » À fait savoir le ministre de la justice. 

Mamadou Ciré Barry pour Kumpital.com

Continuer à lire

Justice

Dossier Foniké Mengué et Cie : Les avocats dénoncent la lenteur dans le traitement 

Publié

le

Dans une nouvelle sortie médiatique le Collectif des avocats de Saïkou Yaya Barry, Foniké Menguê et Ibrahima Diallo se montre préoccupé. Il dénonce la lenteur que connaît le traitement des dossiers de ses clients et souhaite la tenue du procès dans un bref délai. 

C’est Me Salifou Béavogui qui comme d’habitude a pris la parole pour montrer la préoccupation de ses pairs. Il estime que rien ne justifie la lenteur de ce dossier puisque qu’à date, les dossiers de leurs clients respectifs sont prêts. L’avocat estime faire cette sortie pour éviter les erreurs judiciaires du passé. C’est pourquoi, au nom du collectif, Me Salifou Béavogui souhaite que le dossier de ses clients soient transmis à une juridiction et que la date du procès soit connue. 

« […] nos trois (3) clients Saïkou Yaya Barry, Foniké Mengué et Ibrahima Diallo sont mis aux arrêts et déférés à la maison centrale. Leur dossier est pourtant fin prêt, c’est pourquoi, on doit aller directement à l’audience pour que mes clients puissent recouvrir leur liberté. Rien ne justifie la lenteur dans ce dossier. Nous souhaitons que leur dossier soit transmis devant une juridiction et que la date du procès soit connue. Le collectif de la défense est très inquiet face au retard et à la lenteur dans le traitement de ce dossier » a laissé entendre Me Salifou Béavogui du Collectif des avocats de la défense de Saïkou Yaya Barry, Foniké Mengué et Ibrahima Diallo. 

Mamadou Ciré Barry pour Kumpital.com 

Continuer à lire

Justice

Guinée: le FNDC publie la liste des “cerveaux de la repression des manifestants et des violations des droits de l’homme”

Publié

le

Par

À ce jour lundi 01 août 2022, la coordination nationale du FNDC a saisi le bureau du procureur général de la Cour Pénale Internationale (CPI) dans sa section persécution et éléments de preuves d’un document intitulé « SIGNALEMENT DE LA REPRESSION MEURTRIERE DES MANIFESTATIONS CITOYENNES DU FNDC AVEC EN ANNEXE LA LISTE DES AUTEURS ».

Ci-dessous le contenu du document

Continuer à lire

Tendances