Connect with us

Justice

Justice/Guinée: des poursuites judiciaires contre Alpha Condé et plusieurs dignitaires de son régime

Publié

le

Annoncé pour libre, il y a quelques jours par le CNRD, Alpha Condé fait déjà face à la justice de son pays. Dans une correspondance de la cour d’appel de Conakry, Charles Wright vient de donner des instructions de poursuites judiciaires contre l’ancien président et plusieurs de ses ministres et collaborateurs dont Ibrahima Kassory Fofana, ex-premier ministre.

Dans cette lettre dont nous avons copie, le procureur général près la cour d’appel de Conakry donne des instructions de poursuites judiciaires par voie de dénonciation aux procureurs près les tribunaux de première instance. Ces poursuites visent notamment Alpha Condé, ancien président de la République, Ibrahima Kassory Fofana, ancien Premier ministre et 26 autres anciens responsables du régime Condé. Ils sont poursuivis pour les faits présumés, entre autre de: -des atteintes volontaires à la vie humaine notamment le meurtre, l’assassinat, complicité de meurtre et d’assassinat; -des atteintes involontaires à la vie et complicité d’atteinte involontaire à la vie et de complicité; -des atteintes à la personne constituées par les disparitions forcées, détention, enlèvement ou toute autre forme de privation de liberté et de complicité; -des agressions sexuelles et de l’attentat à la pudeur notamment le viol et la complicité; -la mise en danger de la personne ou des risques causées à autrui et de la complicité; -des atteintes aux libertés de la personne notamment l’enlèvement, la séquestration et la complicité; -des atteintes à l’économie nationale et complicité; Le procureur général près la cour d’appel de Conakry rappelle que ces faits cités ci-haut et d’autres non cités ici, sont punis par les lois guinéennes. « Faits prévus et punis par les articles 207, 208, 209, 216, 225 et suivants, 232 et suivants, 239, 250, 267 et suivants, 303, 304 et suivants, 483, 19, 20, 510 et suivants, 514, 517, 585, 586, 297, 298, 299 et suivants, du code pénal et les articles 31 et suivants de la loi L037 relative à la cybernétique et la protection des données à caractère personnel en République de Guinée.» Peut-on lire dans la lettre d’Alphonse Charles Wright aux procureurs des tribunaux de première instance. Il rappelle par ailleurs que cette décision fait suite aux multiples plaintes du FNDC par le biais de ses avocats. Les faits incriminés remontent du double scrutin référendaire et présidentiel contreversé du 22 mars 2020 aux rapports de plusieurs ONGs de défense de Droits Humains dont Amnesty International.

Mamadou Ciré Barry pour Kumpital.com

Justice

Guinée | Procès des massacres du 28 septembre 2009 : les promesses de Charles Wright 

Publié

le

Par

Aucune date n’est pour le moment annoncée pour la tenue du procès mais les préparatifs suivent leur cours. Une formation  à l’endroit des magistrats et greffiers qui doivent participer au procès se tiendra dans les prochains jours. Une formation dont le plan a été présenté ce vendredi 26 août 2022 au Centre de Formation Judiciaire (CFJ) à Conakry. Une occasion pour le garde des sceaux de rassurer et de faire des promesses concernant ce procès tant attendu. 

Charles Wright, après avoir rappelé l’importance de ce rendez-vous judiciaire historique pour la Guinée, explique que le pays sera suivi par les autres notamment la CPI qui a fait confiance à la Guinée, en sa capacité d’organiser un procès d’une telle importance. Il dit d’ailleurs, être en contact permanent avec la Cour Pénale Internationale dans cette affaire. Par ailleurs, le garde des sceaux annonce la participation au procès d’autres avocats  étrangers qui vont épauler ceux déjà sur place.

« Il y aura des avocats qui viendront de l’étranger. Les magistrats que vous êtes, je n’ai aucun doute quant à votre capacité à gérer la pression et tout ce que les gens diront. Mais vous verrez que ceux qui seront nommés vont être encadrés par des pools de magistrats parce que c’est l’image de la Guinée qui est là.» A annoncé Charles Wright devant les magistrats. 

Preuve de la transparence et du sérieux que le ministre voudrait accorder à ce procès, Charles Wright promet des séances médiatisés : « La particularité de ce procès, à la différence du procès des gangs et autres, c’est que ce procès va être médiatisé à outrance » À fait savoir le ministre de la justice. 

Mamadou Ciré Barry pour Kumpital.com

Continuer à lire

Justice

Dossier Foniké Mengué et Cie : Les avocats dénoncent la lenteur dans le traitement 

Publié

le

Dans une nouvelle sortie médiatique le Collectif des avocats de Saïkou Yaya Barry, Foniké Menguê et Ibrahima Diallo se montre préoccupé. Il dénonce la lenteur que connaît le traitement des dossiers de ses clients et souhaite la tenue du procès dans un bref délai. 

C’est Me Salifou Béavogui qui comme d’habitude a pris la parole pour montrer la préoccupation de ses pairs. Il estime que rien ne justifie la lenteur de ce dossier puisque qu’à date, les dossiers de leurs clients respectifs sont prêts. L’avocat estime faire cette sortie pour éviter les erreurs judiciaires du passé. C’est pourquoi, au nom du collectif, Me Salifou Béavogui souhaite que le dossier de ses clients soient transmis à une juridiction et que la date du procès soit connue. 

« […] nos trois (3) clients Saïkou Yaya Barry, Foniké Mengué et Ibrahima Diallo sont mis aux arrêts et déférés à la maison centrale. Leur dossier est pourtant fin prêt, c’est pourquoi, on doit aller directement à l’audience pour que mes clients puissent recouvrir leur liberté. Rien ne justifie la lenteur dans ce dossier. Nous souhaitons que leur dossier soit transmis devant une juridiction et que la date du procès soit connue. Le collectif de la défense est très inquiet face au retard et à la lenteur dans le traitement de ce dossier » a laissé entendre Me Salifou Béavogui du Collectif des avocats de la défense de Saïkou Yaya Barry, Foniké Mengué et Ibrahima Diallo. 

Mamadou Ciré Barry pour Kumpital.com 

Continuer à lire

Justice

Guinée: le FNDC publie la liste des “cerveaux de la repression des manifestants et des violations des droits de l’homme”

Publié

le

Par

À ce jour lundi 01 août 2022, la coordination nationale du FNDC a saisi le bureau du procureur général de la Cour Pénale Internationale (CPI) dans sa section persécution et éléments de preuves d’un document intitulé « SIGNALEMENT DE LA REPRESSION MEURTRIERE DES MANIFESTATIONS CITOYENNES DU FNDC AVEC EN ANNEXE LA LISTE DES AUTEURS ».

Ci-dessous le contenu du document

Continuer à lire

Tendances