Connect with us

News

Hausse du prix du carburant: «… C’est normal » réagit le chef de file de l’opposition guinéenne.

Publié

le

Le prix des produits pétroliers est revu à la hausse par le gouvernement guinéen depuis la nuit dernière. De 9000 gnf, le litre passe à 11000 gnf.  Cette augmentation du prix des produits pétroliers est sur toutes les lèvres et chacun y va de son commentaire dans la cité. Dans la matinée de ce 4 octobre 2021 nous avons tenté d’avoir la réaction de Mamadou Sylla.

C’est à travers sa page Facebook que Mamadou SYLLA, chef de file de l’opposition s’est exprimé sur cette actualité. D’entrée de jeu, il tient tout d’abord à préciser que : « L’augmentation du carburant ce n’est pas une première fois. C’est normal. Cela fait partie de la gestion courante de la vie. Augmenter et après diminuer quand le prix baisse à l’international, c’est normal.  Mais il faut sensibiliser et faire des structures des prix, et de respecter le principe de flexibilité. Il faut faire des études à quel pourcentage il faut augmenter. Mais si on augmente comme cela, on ne sait pas quelle est la référence, c’est là que le bât blesse. Donc avec cette économie moderne, mondiale, quand tu augmentes ce que tu as, l’autre utilise la même chose. Alors, il faut faire des mesures d’accompagnement avant d’augmenter »

Avant de rajouter que  la décision du gouvernement de ne pas augmenter les frais de transport n’est pas respectée :« On a suivi à la télé que les transporteurs ne doivent pas augmenter, mais ce sont des histoires. Tout le monde est en train de payer au lieu de 1500 le tronçon, On paye à 2000 fg », a relevé le chef de file de l’opposition.

Cette augmentation  de 2000 gnf qui avait finalement été reporté une première fois il y’a près de deux mois a finalement eu lieu  sous le regard impuissant des citoyens qui continuent de tirer le diable par la queue.

Kouné Diallo pour Kumpital.com 

News

62ème sommet de la CEDEAO : l’organisation maintient la pression sur la Guinée 

Publié

le

Le 62ème sommet des chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO s’est tenu ce dimanche 4 décembre à Abuja. Plusieurs décisions concernant les pays de la communauté ont été prises. Comme d’habitude, depuis plus d’une année, les transitions en cours au Burkina Faso, au Mali et en Guinée étaient au centre des débats. 

Selon AFP « En Guinée, M. Touray a pressé la junte d’associer « immédiatement » et « sans exception » les partis politiques et la société civile au processus devant ramener les civils au pouvoir.

Soucieux de la tenue du dialogue, les chefs d’Etats et de Gouvernement vont jusqu’à proposer la possibilité que celui-ci se tiennent dans un autre pays:« Si ce dialogue n’est pas possible en Guinée même, la junte doit examiner la possibilité qu’il ait lieu dans un autre pays de la Cédéao », a laissé entendre Omar Touray, président de la commission de la Cédéao.

Le dialogue inter-guinéen lancé par le Premier ministre, Bernard Gomou est boycotté par plusieurs coalitions de partis politiques et de la société civile. Parmi lesquelles: L’ANAD, le RPG-AEC et alliés, le FNDC et autres. Ils posent plusieurs conditions à leur PARTICIPATION dont la libération de leurs leaders en détention, la levée de l’interdiction du FNDC, la levée de l’interdiction des manifestations de rues… 

Mamadou Ciré Barry pour Kumpital.com

Continuer à lire

News

Ousmane Gaoual revient à la charge : «[…] Cellou Dalein n’a aucun pouvoir…pour exclure quelqu’un »

Publié

le

Décidément Ousmane Gaoual ne digère toujours pas son «exclusion» de l’UFDG. Il l’a une fois encore fait savoir à travers les média ce 29 novembre 2022 en répondant à l’invitation des confrères de Djoma média. 

Le porte-parole du gouvernement n’a manqué de remuer un peu plus le couteau dans la plaie. Il s’attaque directement au président de l’UFDG Cellou Dalein Diallo. Il indique que ce dernier n’a aucun pouvoir selon les textes du parti, pour exclure quelqu’un.

«[…] Je considérais que Cellou est un bon leader parce qu’il est capable de respecter les textes. Ce sont les textes qui régissent les rapports entre les hommes, il y a un statut et un règlement intérieur, là il est chef de parti politique, il ne prend même pas le temps de regarder les textes pour se dire est-ce que j’ai droit de l’exclure, il n’en a pas le droit.» a fait savoir Ousmane Gaoual Diallo. 

Pour le Ministre de Postes et Télécommunications et de l’économie numérique, son exclusion n’a pas suivi la procédure du parti. Il indique qu’il s’agit plutôt d’un règlement de compte qu’une procédure disciplinaire contre sa personne : «Le président de l’UFDG n’a aucun pouvoir qui lui ai donné par les textes de l’UFDG pour exclure quelqu’un. Lorsque vous agissez comme ça, vous faites de l’institution une question personnelle, c’est une déception grave.», 

Malgré l’exclusion prononcée contre lui, Ousmane Gaoual Diallo la considère nulle et sans effet tant que le conseil politique ne s’est pas réuni pour prononcer une décision en ce sens.

Mamadou Ciré Barry pour Kumpital.com

Continuer à lire

News

Arrestation de Guidho Fulbhè : ses avocats ignorent son lieu de détention

Publié

le

Interpellé le 19 novembre dernier à Sareboïdo dans Koundara, on est toujours sans nouvelle de lui selon ses avocats. Le collectif des avocats de la défense de Mamadou Baïlo Diallo dit Guidho Fulbhè se sont fait entendre dans une déclaration rendue publique ce lundi. 

Dans cette déclaration, le collectif dit ne pas être au courant du motif de “l’enlèvement” et du lieu de détention de l’influenceur Web. Il explique que toutes les démarches pour en savoir davantage sur ce dossier sont restées sans suite. 

Le collectif rappelle que l’arrestation et la détention de Guidho Fulbhè sont faites en violation de toutes les dispositions légales en la matière en vigueur. C’est pourquoi il exigent sa libération tout simplement. 

Ci-joint la déclaration du collectif des avocats chargés de la défense de Mamadou Baïlo Diallo dit Guidho Fulbhè. 

Continuer à lire

Tendances