Connect with us

News

Guinée: le RPG accuse Cellou des violences post-électorales, Nadia Nahman, sa porte-parole réagit.

Publié

le

Elle ne passe pas par quatres chemins pour répondre à la charge. Dans un entretien ce samedi chez nous confrères d’Africaguinee, Nadia Mahman a rebouté les accusations du camps d’en face. Accusations qui tiennent Cellou Dalein Diallo pour responsable de toutes les violences post-électorales. La cheffe de cabinet de Cellou Dalein Diallo  dénonce un mensonge monté qu’elle qualifie d’ailleurs de ” mensonge d’Etat” 

Voici le contenu de l’échange qu’elle a eu avec nos confrères du site africaguinee. 

“S’il est un bilan dont on peut sans conteste créditer le régime actuel, c’est bien celui du terrorisme d’État dans toutes ses manifestations, du bâillonnement de la démocratie et du bafouement de l’État de droit dans notre pays. L’Indice Mo Ibrahim parle de recul de la sécurité et de l’État de droit en Guinée. A cet héritage peu glorieux, il convient de rajouter un domaine dans lequel le pouvoir excelle particulièrement : les mensonges d’État.

Manifester est un droit constitutionnel, tuer un manifestant est un crime. Alors, réprimer dans le sang des jeunes gens sortis célébrer pacifiquement la victoire de leur candidat dans l’allégresse, et pire, justifier cette répression par l’annonce par le Président Cellou Dalein Diallo de sa victoire en dit long sur la déchéance morale et éthique de ceux qui nous gouvernent.

Il convient de lever définitivement tout équivoque : le Président Cellou Dalein Diallo n’a pas proclamé de résultats au sens où une Institution le ferait. Il a annoncé sa victoire sur la base des résultats issus des bureaux de vote, lesquels relèvent du domaine public puisque rendus publics et affichés par les Présidents des BV, conformément aux articles 83, 85 et 87 du Code électoral. La nuance est de taille.

Ainsi, le passage de la Déclaration de la Direction Nationale du RPG-arc-en-ciel selon lequel « cette déclaration unilatérale constituait une violation flagrante de la Constitution et du Code électoral » se passe de tout commentaire. Surtout lorsqu’on se remémore les conditions dans lesquelles la Constitution de 2010 a été éventrée et que la nouvelle-née, elle-même, n’aura pas été épargnée par ses géniteurs qui n’hésiteront pas, une seule seconde, à l’amputer d’une vingtaine de ses dispositions au terme d’un pseudo-référendum meurtrier. Une première dans l’histoire du droit constitutionnel. Et on nous parle de respect de la Constitution, diantre !

Le pouvoir, après avoir donc perpétré son coup d’état constitutionnel, puis son coup d’état électoral, a déclenché une vague de violences et d’intimidations sans précédent pour museler toute opposition, un danger pour la vitalité démocratique comme le soutenait récemment le Président Emmanuel Macron.

La liste des violences dont le régime est le concepteur et l’instigateur est longue : dans l’ordre chronologique, je mentionnerai la séquestration du Président Cellou Dalein Diallo à son domicile pendant une dizaine de jours, l’occupation des bâtiments abritant les bureaux et le siège de l’UFDG par la police et la gendarmerie, la répression sanglante qui a fait 48 morts, 240 blessés par balles et 350 arrestations, la décimation de cheptels entiers appartenant à des éleveurs en Haute Guinée…

Tantôt ce sont des balles qu’on introduit à l’aide de pinces, tantôt ce sont des opposants qui prennent un malin plaisir à tirer sur d’autres opposants en usurpant des uniformes de l’armée, tous les arguments, même les plus farfelus, sont bons pour dégager l’État de ses responsabilités.

Alors qu’au même moment, Amnesty International indique que des images satellites analysées confirment les tirs à balles réelles par les forces de défense et de sécurité sur des manifestants pendant que Human Right Watch n’a trouvé aucune preuve que des armes ont été utilisées par des civils pendant les violences. D’où viennent les balles tirées par les fusils de calibre 12 ?

Isaac Asimov soutenait que la violence est le dernier refuge des incapables. Lorsqu’un régime fait la démonstration de son incapacité à gouverner pendant 10 ans, de son incapacité à redresser le pays, de son incapacité à réconcilier les fils du pays, de son incapacité à poser les bases d’un État de droit respectueux des droits humains et des libertés fondamentales, de son incapacité à respecter le choix exprimé par le peuple dans les urnes, la seule souveraineté qui vaille, et pas ce souverainisme que l’on agite par pur opportunisme comme un spectre en flattant les égos nationalistes, alors il ne reste plus que la violence pour se maintenir. Seulement, il se trouve que cette violence est exercée par ceux qui disposent du monopole de la violence légitime contre des populations désarmées. Alors oui, la situation est grave ! “

Nadia Nahman, Cheffe de cabinet et porte-parole de Cellou Dalein Diallo. 

News

Ousmane Gaoual revient à la charge : «[…] Cellou Dalein n’a aucun pouvoir…pour exclure quelqu’un »

Publié

le

Décidément Ousmane Gaoual ne digère toujours pas son «exclusion» de l’UFDG. Il l’a une fois encore fait savoir à travers les média ce 29 novembre 2022 en répondant à l’invitation des confrères de Djoma média. 

Le porte-parole du gouvernement n’a manqué de remuer un peu plus le couteau dans la plaie. Il s’attaque directement au président de l’UFDG Cellou Dalein Diallo. Il indique que ce dernier n’a aucun pouvoir selon les textes du parti, pour exclure quelqu’un.

«[…] Je considérais que Cellou est un bon leader parce qu’il est capable de respecter les textes. Ce sont les textes qui régissent les rapports entre les hommes, il y a un statut et un règlement intérieur, là il est chef de parti politique, il ne prend même pas le temps de regarder les textes pour se dire est-ce que j’ai droit de l’exclure, il n’en a pas le droit.» a fait savoir Ousmane Gaoual Diallo. 

Pour le Ministre de Postes et Télécommunications et de l’économie numérique, son exclusion n’a pas suivi la procédure du parti. Il indique qu’il s’agit plutôt d’un règlement de compte qu’une procédure disciplinaire contre sa personne : «Le président de l’UFDG n’a aucun pouvoir qui lui ai donné par les textes de l’UFDG pour exclure quelqu’un. Lorsque vous agissez comme ça, vous faites de l’institution une question personnelle, c’est une déception grave.», 

Malgré l’exclusion prononcée contre lui, Ousmane Gaoual Diallo la considère nulle et sans effet tant que le conseil politique ne s’est pas réuni pour prononcer une décision en ce sens.

Mamadou Ciré Barry pour Kumpital.com

Continuer à lire

News

Arrestation de Guidho Fulbhè : ses avocats ignorent son lieu de détention

Publié

le

Interpellé le 19 novembre dernier à Sareboïdo dans Koundara, on est toujours sans nouvelle de lui selon ses avocats. Le collectif des avocats de la défense de Mamadou Baïlo Diallo dit Guidho Fulbhè se sont fait entendre dans une déclaration rendue publique ce lundi. 

Dans cette déclaration, le collectif dit ne pas être au courant du motif de “l’enlèvement” et du lieu de détention de l’influenceur Web. Il explique que toutes les démarches pour en savoir davantage sur ce dossier sont restées sans suite. 

Le collectif rappelle que l’arrestation et la détention de Guidho Fulbhè sont faites en violation de toutes les dispositions légales en la matière en vigueur. C’est pourquoi il exigent sa libération tout simplement. 

Ci-joint la déclaration du collectif des avocats chargés de la défense de Mamadou Baïlo Diallo dit Guidho Fulbhè. 

Continuer à lire

News

Conakry : ouverture du cadre de dialogue inclusif inter-guinéen dans la discorde

Publié

le

Après plusieurs mois de blocage et de tractations, le dialogue inter-guinéen a été lancé ce jeudi à Conakry. Il est présidé par le Premier ministre Bernard Gomou. Malgré les tantatives de rapprochement ces dernières semaines plusieurs grands partis politiques et coalitions étaient absents à cette rencontre. 

Placé sous l’égide de la CEDEAO, l’inauguration du dialogue s’est déroulée en présence du médiateur Thomas Boni Yayi. Elle connaît la présence de plusieurs partis politiques, des acteurs de la société civile, des représentants des institutions républicaines, des diplomates… 

Thomas Boni Yayi, médiateur de la CEDEAO en Guinée

« Les présents travaux qui sont lancés aujourd’hui vont se dérouler jusqu’au 15 décembre 2022. Ils vont commencer par des travaux de groupes thématiques, se poursuivre en plénière, puis suivra la validation en plénière pour une mise en œuvre dans le cadre d’un suivi évaluation dont les contours seront décidés ensemble…», a fait Dr Makalé Traoré, porte-parole des facilitatrices.

Le médiateur de la CEDEAO dans la crise guinéenne, Dr Thomas Boni Yayi a également pris part à cette cérémonie d’ouverture.

Le médiateur de la CEDEAO se félicite de la tenue de ce dialogue tant voulu et souhaité par la Guinée. Il dit espérer que les travaux se poursuivent pour ramener tout le monde à la table. 

Prenant la parole, le Premier ministre Bernard Gomou a tenu à rappeler les termes de référence aux participants : «… vous aurez durant trois semaines du 25 novembre au 15 décembre 2022 à adopter les termes de référence du cadre de dialogue inclusif inter-guinéen et à travailler sur les 13 thématiques retenues. Il s’agit ici de 10 points du chronogramme de la transition validés par la CEDEAO et de trois points additionnels issus de la synthèse des rencontres avec les coalitions politiques et les faîtières des organisations de la société civile qui sont de la problématique de l’exercice en lien avec la justice, de problématique des activités politiques. Les conclusions de ce cadre constitueront de guide durant toute la transition », a-t-il annoncé. 

Les coalitions politiques comme l’ANAD, le RPG-AEC et FNDC-Politique ont décidé de ne pas prendre part à ce dialogue. 

Mamadou Ciré Barry pour Kumpital.com

Continuer à lire

Tendances