Connect with us

News

Guinée : la fâcheuse aventure d’Ahmed Sissoko pour obtenir sa nationalité Guinéenne

Publié

le

Après plusieurs années en occident, un jeune homme du nom d’Ahmed Fily Sissoko décide de rentrer au pays pour reprendre une nouvelle vie au près des siens. Il était loin de s’imaginer que ce comeback allait être pour lui, une expérience administrative difficile. De mère Guinéenne et marié à une femme d’origine Guinéenne, il voit sa demande de nationalité  lui refusé sous prétexte qu’il porte un nom malien et que son paternel est de nationalité malienne. Malgré que ce refus soit totalement illégal, il ne lui est pas notifié par écrit afin de lui permettre de contester la  décision devant les juridictions compétentes. Une situation qui pourrait compliquer son installation en Guinée, puisque juridiquement à ce stade, il est étranger dans son propre pays.

Après avoir vécu en France plus de 30 ans, ils (sa femme et lui) décident de rentrer en Guinée. Leur principal objectif est d’éduquer leurs enfants conformément à la tradition locale. Ahmed et sa femme sont tous nés en France. L’un de parents maliens et guinéens, l’autre de parents guinéens. C’est à cœur joie que le couple foule le sol de la Terre de leurs ancêtres en compagnie de leurs enfants. Après quelques jours, ils décident de se procurer quelques documents administratifs indispensables pour pouvoir s’établir en Guinée. Quoi de normal que de se présenter aux autorités compétentes pour avoir sa nationalité ?

« A la Mairie de Ratoma, on a effectué toutes les démarches pour pouvoir avoir un nouvel acte de naissance biométrique…On a tout ramené, on a fait la demande. Nous avons reçu nos actes de naissance, moi en premier sauf qu’il y avait une erreur sur le mien. Pour rectifier cela, je me suis rendu à la sûreté à Kaloum. Là-bas, ils m’ont dit qu’ils vont examiner mon dossier…Après plusieurs rendez-vous, ils m’ont dit que je ne suis pas guinéen ! Je n’ai pas compris. » Explique Ahmed Fily Sissoko

Le jeune Homme est estomaqué d’entendre qu’il n’est pas de ce pays ! Lui qui est fils d’une femme guinéens issue de la grande famille de Thierno Aliou Boubadiyan, un notable connu et très respecté originaire de la ville de Labé. Sissoko ne comprend également pas pourquoi, on ne respecte pas le code de la nationalité pour son cas ? « Je leur ai demandé quels sont vos arguments ? Ils me disent (votre père est malien donc, il faut que vous alliez à Bamako). Je leur dit que la constitution ne m’interdit pas d’avoir la double nationalité. Le fait que ma mère soit guinéenne me donne de facto la nationalité guinéenne » Leur a-t-il explique en vain

Devant « ce refus », Ahmed décide de porte l’affaire au parquet pour contestation. Il demande alors que l’argument qui lui a été brandit lui soit notifié par écrit pour pouvoir l’attaquer en justice. Là aussi, il se retrouve devant un autre problème, un refus de l’agent. Pire, la femme d’Ahmed Fily Sissoko originaire de Siguiri se voit elle aussi refuser la nationalité à cause de son nom jugé malien : « ma femme aussi, c’est la même chose. Elle est guinéenne par son père et sa mère donc à 100 pour cent…Quand elle s’est présentée, on lui a dit, elle non plus n’est pas guinéenne parce que son nom est un nom du Mali. (Elle s’appelle Sanoko). »  

Aujourd’hui, la famille Sissoko se sent humiliée dans son propre pays et observe le rêve de vivre dignement en Guinée, s’éloigner d’elle injustement. Ahmed Fily Sissoko entend poursuivre son combat légal jusqu’au bout même si pour le moment, il ne sait à quel saint se vouer.

Mamadou Ciré Barry pour Kumpital.com

News

Ousmane Gaoual revient à la charge : «[…] Cellou Dalein n’a aucun pouvoir…pour exclure quelqu’un »

Publié

le

Décidément Ousmane Gaoual ne digère toujours pas son «exclusion» de l’UFDG. Il l’a une fois encore fait savoir à travers les média ce 29 novembre 2022 en répondant à l’invitation des confrères de Djoma média. 

Le porte-parole du gouvernement n’a manqué de remuer un peu plus le couteau dans la plaie. Il s’attaque directement au président de l’UFDG Cellou Dalein Diallo. Il indique que ce dernier n’a aucun pouvoir selon les textes du parti, pour exclure quelqu’un.

«[…] Je considérais que Cellou est un bon leader parce qu’il est capable de respecter les textes. Ce sont les textes qui régissent les rapports entre les hommes, il y a un statut et un règlement intérieur, là il est chef de parti politique, il ne prend même pas le temps de regarder les textes pour se dire est-ce que j’ai droit de l’exclure, il n’en a pas le droit.» a fait savoir Ousmane Gaoual Diallo. 

Pour le Ministre de Postes et Télécommunications et de l’économie numérique, son exclusion n’a pas suivi la procédure du parti. Il indique qu’il s’agit plutôt d’un règlement de compte qu’une procédure disciplinaire contre sa personne : «Le président de l’UFDG n’a aucun pouvoir qui lui ai donné par les textes de l’UFDG pour exclure quelqu’un. Lorsque vous agissez comme ça, vous faites de l’institution une question personnelle, c’est une déception grave.», 

Malgré l’exclusion prononcée contre lui, Ousmane Gaoual Diallo la considère nulle et sans effet tant que le conseil politique ne s’est pas réuni pour prononcer une décision en ce sens.

Mamadou Ciré Barry pour Kumpital.com

Continuer à lire

News

Arrestation de Guidho Fulbhè : ses avocats ignorent son lieu de détention

Publié

le

Interpellé le 19 novembre dernier à Sareboïdo dans Koundara, on est toujours sans nouvelle de lui selon ses avocats. Le collectif des avocats de la défense de Mamadou Baïlo Diallo dit Guidho Fulbhè se sont fait entendre dans une déclaration rendue publique ce lundi. 

Dans cette déclaration, le collectif dit ne pas être au courant du motif de “l’enlèvement” et du lieu de détention de l’influenceur Web. Il explique que toutes les démarches pour en savoir davantage sur ce dossier sont restées sans suite. 

Le collectif rappelle que l’arrestation et la détention de Guidho Fulbhè sont faites en violation de toutes les dispositions légales en la matière en vigueur. C’est pourquoi il exigent sa libération tout simplement. 

Ci-joint la déclaration du collectif des avocats chargés de la défense de Mamadou Baïlo Diallo dit Guidho Fulbhè. 

Continuer à lire

News

Conakry : ouverture du cadre de dialogue inclusif inter-guinéen dans la discorde

Publié

le

Après plusieurs mois de blocage et de tractations, le dialogue inter-guinéen a été lancé ce jeudi à Conakry. Il est présidé par le Premier ministre Bernard Gomou. Malgré les tantatives de rapprochement ces dernières semaines plusieurs grands partis politiques et coalitions étaient absents à cette rencontre. 

Placé sous l’égide de la CEDEAO, l’inauguration du dialogue s’est déroulée en présence du médiateur Thomas Boni Yayi. Elle connaît la présence de plusieurs partis politiques, des acteurs de la société civile, des représentants des institutions républicaines, des diplomates… 

Thomas Boni Yayi, médiateur de la CEDEAO en Guinée

« Les présents travaux qui sont lancés aujourd’hui vont se dérouler jusqu’au 15 décembre 2022. Ils vont commencer par des travaux de groupes thématiques, se poursuivre en plénière, puis suivra la validation en plénière pour une mise en œuvre dans le cadre d’un suivi évaluation dont les contours seront décidés ensemble…», a fait Dr Makalé Traoré, porte-parole des facilitatrices.

Le médiateur de la CEDEAO dans la crise guinéenne, Dr Thomas Boni Yayi a également pris part à cette cérémonie d’ouverture.

Le médiateur de la CEDEAO se félicite de la tenue de ce dialogue tant voulu et souhaité par la Guinée. Il dit espérer que les travaux se poursuivent pour ramener tout le monde à la table. 

Prenant la parole, le Premier ministre Bernard Gomou a tenu à rappeler les termes de référence aux participants : «… vous aurez durant trois semaines du 25 novembre au 15 décembre 2022 à adopter les termes de référence du cadre de dialogue inclusif inter-guinéen et à travailler sur les 13 thématiques retenues. Il s’agit ici de 10 points du chronogramme de la transition validés par la CEDEAO et de trois points additionnels issus de la synthèse des rencontres avec les coalitions politiques et les faîtières des organisations de la société civile qui sont de la problématique de l’exercice en lien avec la justice, de problématique des activités politiques. Les conclusions de ce cadre constitueront de guide durant toute la transition », a-t-il annoncé. 

Les coalitions politiques comme l’ANAD, le RPG-AEC et FNDC-Politique ont décidé de ne pas prendre part à ce dialogue. 

Mamadou Ciré Barry pour Kumpital.com

Continuer à lire

Tendances