Connect with us

News

Guinée : 63 ans d’indépendance pour quel bilan ?

Publié

le

La Guinée  vient de célébrer la 63ème année de son accession à l’indépendance ce 02 octobre 2021. Une fête populaire sans cérémonie officielle grandiose. Après cette effervescence  populaire teintée aux couleurs nationales quel bilan faut-il tirer de ces années d’indépendance ? 

Ces 63 ans de souveraineté n’ont pas donné  à  la Guinée tout ce qu’elle avait besoin pour son décollage économique estime Ibrahima Keita analyste de la vie socio-politique de la Guinée . Pour lui, la Guinée en eu l’occasion plusieurs fois pour se développer mais n’a pas pu la saisir: « Le bilan est mitigé  en ce sens que la Guinée est un pays aux opportunités  manquées. Nous avons eu beaucoup d’opportunités  que nous avons manqué, on a parfois été sur le bon chemin, après on s’est laissé déraper. Donc il y’a eu assez d’embûches dans nôtre parcours, embûches dues à des facteurs endogènes  mais aussi exogènes.» , dresse Ibrahima Keïta.

De l’agriculture à  l’énergie en passant par  l’éducation, l’économie et autres secteurs, Ibrahima Keïta, dresse un bilan sans appel des 63 ans de la liberté: « L’agriculture,  moi je dis que le résultat c’est zéro, si je dois noter  c’est zéro sur vingt. Au niveau de l’éducation, nous n’avons pas progressé, il n’y a pas d’enseignants technique,  a mon temps j’ai fait un collège technique et aujourd’hui un collège technique on en parle pas sur toutes l’étendue du territoire national.  Au niveau des économies des industries, sous le premier régime y a eu beaucoup d’unités industrielles,  donc sur le point de l’économie on a pas progressé. 63 ans de colonisation  comparés à 63 ans d’indépendance, je dis que l’économie coloniale a été plus porteuse que notre économie durant l’indépendance,  le chemin de fer  est tombé,  nos routes sont en désuétude. Prenons le terrain de l’énergie et là aussi c’est des occasions que nous avons manquées. Depuis que moi je suis  à l’école primaire, j’entendais parler du projet énergie Konkouré  mais rien n’en a été, il a fallu attendre Garafiri pour qu’il y ait un début d’avancée  et récemment avec les deux méga projets. Mais 60 ans sans lumière ?»  A-t-il expliqué 

Après 63  longues années passées dans le même cercle vicieux, il octroie  une note en dessous de la moyenne à l’indépendance guinéenne. « Si je dois noter nos 63 ans d’indépendance, j’attribuerait  à la Guinée huit sur vingt. Parceque partout on a fondé des espoirs les démarches n’ont pas aboutie, on commence on arrête, on commence on est hésitant. Je m’attendais à mieux 60 ans après.»  Se lamente Ibrahima Keita. 

Aucours de ces 63 ans, les rêves heureux du peuple d’un pays considéré comme scandale géologique et agricole se sont transformés en cauchemar. Les clivages éthiques, la gabegie financière, la politique régionaliste ont freiné le développement de la Guinée. Cette nouvelle transition qui commence et à  laquelle le peuple de  Guinée fonde l’espoir pourrait-elle mettre fin à  ces hémorragies sociales et financières ? 

Attendons de voir !

Kouné Diallo pour Kumpital.com

News

62ème sommet de la CEDEAO : l’organisation maintient la pression sur la Guinée 

Publié

le

Le 62ème sommet des chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO s’est tenu ce dimanche 4 décembre à Abuja. Plusieurs décisions concernant les pays de la communauté ont été prises. Comme d’habitude, depuis plus d’une année, les transitions en cours au Burkina Faso, au Mali et en Guinée étaient au centre des débats. 

Selon AFP « En Guinée, M. Touray a pressé la junte d’associer « immédiatement » et « sans exception » les partis politiques et la société civile au processus devant ramener les civils au pouvoir.

Soucieux de la tenue du dialogue, les chefs d’Etats et de Gouvernement vont jusqu’à proposer la possibilité que celui-ci se tiennent dans un autre pays:« Si ce dialogue n’est pas possible en Guinée même, la junte doit examiner la possibilité qu’il ait lieu dans un autre pays de la Cédéao », a laissé entendre Omar Touray, président de la commission de la Cédéao.

Le dialogue inter-guinéen lancé par le Premier ministre, Bernard Gomou est boycotté par plusieurs coalitions de partis politiques et de la société civile. Parmi lesquelles: L’ANAD, le RPG-AEC et alliés, le FNDC et autres. Ils posent plusieurs conditions à leur PARTICIPATION dont la libération de leurs leaders en détention, la levée de l’interdiction du FNDC, la levée de l’interdiction des manifestations de rues… 

Mamadou Ciré Barry pour Kumpital.com

Continuer à lire

News

Ousmane Gaoual revient à la charge : «[…] Cellou Dalein n’a aucun pouvoir…pour exclure quelqu’un »

Publié

le

Décidément Ousmane Gaoual ne digère toujours pas son «exclusion» de l’UFDG. Il l’a une fois encore fait savoir à travers les média ce 29 novembre 2022 en répondant à l’invitation des confrères de Djoma média. 

Le porte-parole du gouvernement n’a manqué de remuer un peu plus le couteau dans la plaie. Il s’attaque directement au président de l’UFDG Cellou Dalein Diallo. Il indique que ce dernier n’a aucun pouvoir selon les textes du parti, pour exclure quelqu’un.

«[…] Je considérais que Cellou est un bon leader parce qu’il est capable de respecter les textes. Ce sont les textes qui régissent les rapports entre les hommes, il y a un statut et un règlement intérieur, là il est chef de parti politique, il ne prend même pas le temps de regarder les textes pour se dire est-ce que j’ai droit de l’exclure, il n’en a pas le droit.» a fait savoir Ousmane Gaoual Diallo. 

Pour le Ministre de Postes et Télécommunications et de l’économie numérique, son exclusion n’a pas suivi la procédure du parti. Il indique qu’il s’agit plutôt d’un règlement de compte qu’une procédure disciplinaire contre sa personne : «Le président de l’UFDG n’a aucun pouvoir qui lui ai donné par les textes de l’UFDG pour exclure quelqu’un. Lorsque vous agissez comme ça, vous faites de l’institution une question personnelle, c’est une déception grave.», 

Malgré l’exclusion prononcée contre lui, Ousmane Gaoual Diallo la considère nulle et sans effet tant que le conseil politique ne s’est pas réuni pour prononcer une décision en ce sens.

Mamadou Ciré Barry pour Kumpital.com

Continuer à lire

News

Arrestation de Guidho Fulbhè : ses avocats ignorent son lieu de détention

Publié

le

Interpellé le 19 novembre dernier à Sareboïdo dans Koundara, on est toujours sans nouvelle de lui selon ses avocats. Le collectif des avocats de la défense de Mamadou Baïlo Diallo dit Guidho Fulbhè se sont fait entendre dans une déclaration rendue publique ce lundi. 

Dans cette déclaration, le collectif dit ne pas être au courant du motif de “l’enlèvement” et du lieu de détention de l’influenceur Web. Il explique que toutes les démarches pour en savoir davantage sur ce dossier sont restées sans suite. 

Le collectif rappelle que l’arrestation et la détention de Guidho Fulbhè sont faites en violation de toutes les dispositions légales en la matière en vigueur. C’est pourquoi il exigent sa libération tout simplement. 

Ci-joint la déclaration du collectif des avocats chargés de la défense de Mamadou Baïlo Diallo dit Guidho Fulbhè. 

Continuer à lire

Tendances