Connect with us

News

28 Septembre 2009 – 28 septembre 2021: douze (12) ans après le massacre, toujours pas de justice

Publié

le

Le 28 septembre 2009, Selon les conclusions d’une enquête de l’ONU, plus de 150 personnes avaient été tuées dans le stade de Conakry, des femmes violées et de centaines de blessés. Cela fait maintenant douze (12) ans que les victimes attendent toujours un procès qui tarde à venir. Les avocats et les associations de victimes ont toujours dénoncé la lenteur de la procédure et le manque de volonté politique en vain. Pourtant, ils ne s’avouent pas vaincus, si la Guinée ne leur rend pas justice, ils envisagent de saisir des institutions supranationales telles que la cour de justice de la CEDEAO ou la CPI pour se faire valoir. 

Le 28 septembre 2009, des opposants étaient venus protester contre une éventuelle candidature de Moussa Dadis Camara. 150 d’entre eux seront tués, une centaine de femmes violées et des milliers de blessés selon les conclusions d’une enquête de L’ONU et quelques associations de défense des Droits Humains. Douze (12) ans après les faits, les victimes sont toujours très marquées par cet événement douloureux. Elles sont réunies au sein de l’association des amis et victimes du 28 septembre 2009 (AVIPA). C’est cette association qui tant bien que mal se bat pour que  justice soit faite. Pour L’AVIPA la non-tenue du procès est imputable à un manque de volonté politique. Alors que l’instruction est clôturée depuis fin 2017, le gouvernement guinéen a promis à plusieurs reprises que le procès des responsables du massacre du 28 septembre 2009 serait organisé dans les plus brefs délais. Il avait même annoncé que le procès allait  s’ouvrir au plus tard en juin 2020. Les  organisations de défense de droits Humains et l’association des victimes y voient un clair manque de volonté politique de la part de l’Etat Guinéen. 

Me Amadou DS Bah, président du collectif des avocats de victimes redoute que justice ne soit finalement pas rendue dans cette affaire. L’avocat des victimes s’inquiète notamment des décès à répétition de plusieurs cadres civils et militaires du CNDD, dont certains sont inculpés dans ce dossier. Ce qui selon lui éteint l’action judiciaire contre les défunts. Il y a également les morts enregistrés dans les rangs des victimes. La précarité, la lassitude et le désespoir qui ont eu raison sur plusieurs victimes qui seront tenté de s’en remettre à la justice divine. 

« La principale crainte est qu’il ‘y ait pas de justice parce que si les personnes qui sont renvoyées devant le tribunal criminel décèdent, l’action publique s’éteint. Ça c’est une crainte qui est justifiée aujourd’hui, au-delà de la mort du Général Mamadouba Toto Camara, il y a que Moussa Dadis Camara est au Burkina. Donc, si Moussa Dadis Camara n’est pas en Guinée et certains présumés responsables décèdent, je pense que c’est une crainte justifiée et légitime pour les victimes de vraiment s’inquiéter du sort de ce dossier. » Déclare Me Alpha Amadou DS Bah.

C’est pour éviter un déni de justice que tout le monde doit se bouger estime le président du collectif des avocats des victimes. Dans les jours prochains, le Collectif d’avocats entend saisir d’autres juridictions compétences pour se faire entendre si la justice guinéenne ne pose pas d’actes forts dans ce dossier: « Pour le moment, nous avons plusieurs options. Nous allons relancer notre plaidoyer au niveau de la CPI ou alors saisir la cour de justice de la CEDEAO qui est une instance sous régionale. Pour l’instant ça n’a pas été décidé au niveau du collectif des avocats mais je crois que dans les prochaines semaines l’une des options va être choisie » Déclare Me Alpha Amadou DS Bah, président du collectifs des avocats des victimes.

En ne montrant pas que la lutte contre l’impunité est une affaire nationale, la Guinée écorne-t-elle ainsi sa crédibilité aux yeux de la communauté internationale à laquelle, elle a donné la garantie d’organiser le procès du massacre du 28 septembre 2009 dans de meilleurs délais ?

Mamadou Ciré Barry pour Kumpital.com

News

62ème sommet de la CEDEAO : l’organisation maintient la pression sur la Guinée 

Publié

le

Le 62ème sommet des chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO s’est tenu ce dimanche 4 décembre à Abuja. Plusieurs décisions concernant les pays de la communauté ont été prises. Comme d’habitude, depuis plus d’une année, les transitions en cours au Burkina Faso, au Mali et en Guinée étaient au centre des débats. 

Selon AFP « En Guinée, M. Touray a pressé la junte d’associer « immédiatement » et « sans exception » les partis politiques et la société civile au processus devant ramener les civils au pouvoir.

Soucieux de la tenue du dialogue, les chefs d’Etats et de Gouvernement vont jusqu’à proposer la possibilité que celui-ci se tiennent dans un autre pays:« Si ce dialogue n’est pas possible en Guinée même, la junte doit examiner la possibilité qu’il ait lieu dans un autre pays de la Cédéao », a laissé entendre Omar Touray, président de la commission de la Cédéao.

Le dialogue inter-guinéen lancé par le Premier ministre, Bernard Gomou est boycotté par plusieurs coalitions de partis politiques et de la société civile. Parmi lesquelles: L’ANAD, le RPG-AEC et alliés, le FNDC et autres. Ils posent plusieurs conditions à leur PARTICIPATION dont la libération de leurs leaders en détention, la levée de l’interdiction du FNDC, la levée de l’interdiction des manifestations de rues… 

Mamadou Ciré Barry pour Kumpital.com

Continuer à lire

News

Ousmane Gaoual revient à la charge : «[…] Cellou Dalein n’a aucun pouvoir…pour exclure quelqu’un »

Publié

le

Décidément Ousmane Gaoual ne digère toujours pas son «exclusion» de l’UFDG. Il l’a une fois encore fait savoir à travers les média ce 29 novembre 2022 en répondant à l’invitation des confrères de Djoma média. 

Le porte-parole du gouvernement n’a manqué de remuer un peu plus le couteau dans la plaie. Il s’attaque directement au président de l’UFDG Cellou Dalein Diallo. Il indique que ce dernier n’a aucun pouvoir selon les textes du parti, pour exclure quelqu’un.

«[…] Je considérais que Cellou est un bon leader parce qu’il est capable de respecter les textes. Ce sont les textes qui régissent les rapports entre les hommes, il y a un statut et un règlement intérieur, là il est chef de parti politique, il ne prend même pas le temps de regarder les textes pour se dire est-ce que j’ai droit de l’exclure, il n’en a pas le droit.» a fait savoir Ousmane Gaoual Diallo. 

Pour le Ministre de Postes et Télécommunications et de l’économie numérique, son exclusion n’a pas suivi la procédure du parti. Il indique qu’il s’agit plutôt d’un règlement de compte qu’une procédure disciplinaire contre sa personne : «Le président de l’UFDG n’a aucun pouvoir qui lui ai donné par les textes de l’UFDG pour exclure quelqu’un. Lorsque vous agissez comme ça, vous faites de l’institution une question personnelle, c’est une déception grave.», 

Malgré l’exclusion prononcée contre lui, Ousmane Gaoual Diallo la considère nulle et sans effet tant que le conseil politique ne s’est pas réuni pour prononcer une décision en ce sens.

Mamadou Ciré Barry pour Kumpital.com

Continuer à lire

News

Arrestation de Guidho Fulbhè : ses avocats ignorent son lieu de détention

Publié

le

Interpellé le 19 novembre dernier à Sareboïdo dans Koundara, on est toujours sans nouvelle de lui selon ses avocats. Le collectif des avocats de la défense de Mamadou Baïlo Diallo dit Guidho Fulbhè se sont fait entendre dans une déclaration rendue publique ce lundi. 

Dans cette déclaration, le collectif dit ne pas être au courant du motif de “l’enlèvement” et du lieu de détention de l’influenceur Web. Il explique que toutes les démarches pour en savoir davantage sur ce dossier sont restées sans suite. 

Le collectif rappelle que l’arrestation et la détention de Guidho Fulbhè sont faites en violation de toutes les dispositions légales en la matière en vigueur. C’est pourquoi il exigent sa libération tout simplement. 

Ci-joint la déclaration du collectif des avocats chargés de la défense de Mamadou Baïlo Diallo dit Guidho Fulbhè. 

Continuer à lire

Tendances