Connect with us

News

62ème sommet de la CEDEAO : l’organisation maintient la pression sur la Guinée 

Publié

le

Le 62ème sommet des chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO s’est tenu ce dimanche 4 décembre à Abuja. Plusieurs décisions concernant les pays de la communauté ont été prises. Comme d’habitude, depuis plus d’une année, les transitions en cours au Burkina Faso, au Mali et en Guinée étaient au centre des débats. 

Selon AFP « En Guinée, M. Touray a pressé la junte d’associer « immédiatement » et « sans exception » les partis politiques et la société civile au processus devant ramener les civils au pouvoir.

Soucieux de la tenue du dialogue, les chefs d’Etats et de Gouvernement vont jusqu’à proposer la possibilité que celui-ci se tiennent dans un autre pays:« Si ce dialogue n’est pas possible en Guinée même, la junte doit examiner la possibilité qu’il ait lieu dans un autre pays de la Cédéao », a laissé entendre Omar Touray, président de la commission de la Cédéao.

Le dialogue inter-guinéen lancé par le Premier ministre, Bernard Gomou est boycotté par plusieurs coalitions de partis politiques et de la société civile. Parmi lesquelles: L’ANAD, le RPG-AEC et alliés, le FNDC et autres. Ils posent plusieurs conditions à leur PARTICIPATION dont la libération de leurs leaders en détention, la levée de l’interdiction du FNDC, la levée de l’interdiction des manifestations de rues… 

Mamadou Ciré Barry pour Kumpital.com

Continuer à lire
Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

News

Guinée :«[…]on ne gère pas un pays avec de l’arrogance.», avertit Aliou Bah du MoDeL

Publié

le

Le président du MoDeL n’apprécie pas la conduite de la transition et il ne manque pas l’occasion de le faire savoir. Dans son intervention chez nos confrères de fim fm, l’homme politique s’inquiète de la direction prise par les hommes du 05 septembre 2021. Il ne manque de subtilité pour placer quelques conseils déguisés à Mamadi Doumbouya et ses compagnons. 

Aliou Bah dénonce avant tout “l’injustice ” dont sont victimes des acteurs politiques et de la société civile dont plusieurs sont en prison ou forcés à exile. Il ne manque pas de faire un parallèle avec le pouvoir d’Alpha Condé, qui était brillant dans les mêmes pratiques . Aliou Bah exprime d’ailleurs son soutien à toutes les personnes qui subissent “l’injustice” : «Il ne faut jamais soutenir l’injustice, quelque soit la personne sur laquelle, elle se commet ou quelque soit les circonstances. Même si c’est votre pire ennemi, s’il est victime d’injustice, vous devez le soutenir parce que ça peut se retourner contre vous.», prévient-il. 

Le président du MoDeL ne manque d’apporter son regard critique sur la conduite de la transition. Il dit avoir détecté une certaine “arrogance” et de la “suffisance” dans la gestion du pouvoir par le CNRD. 

Aliou Bah, rappele au CNRD qu’il est arrivé au pouvoir par un putsch militaire. Preuve une fois de plus que celui-ci devrait agir avec prudence dans la conduite des affaires :«Une transition militaire, elle n’est pas issue de la volonté des populations. Elle n’est pas le choix des gens. Et lorsque vous êtes là, quels les indicateurs que vous avez, qu’il y a eu adhésion à vos actions ? Vous en avez pas ! En dehors de ce que vos courtisans vous disent dans vos bureaux que tout le monde est d’accord avec vous, comment vous l’évaluez ?», interroge l’homme politique. 

Mamadou Ciré Barry pour Kumpital.com 

Continuer à lire

News

Dialogue inter-guinéen : Ousmane Gaoual remue le couteau dans la plaie 

Publié

le

Alors qu’il continue toujours à alimenter les débats, le dialogue inter-guinéen n’a décidément pas fini de livrer ses intrigues. Amener à en parler, le porte-parole du gouvernement reste droit dans ses bottes “c’est une histoire derrière nous”. Ceci, alors que certains partis comme l’UFDG ce sont montrés favorables à sa reprise. 

Dans son intervention chez nos confrères de fim fm, Ousmane Gaoual Diallo affirme que les accords du dialogue sont obtenus avec les guinéens. Pour lui, la cédéao n’a fait qu’enteriner des accords entre guinéens. 

Selon le porte-parole du gouvernement aucun parti politique n’a été empêchée de participer au dialogue. ” Il ne faut pas confondre un dialogue auquel on exclut un individu ou une entité à un dialogue où un individu ou une entité s’est auto-exclu. Parce que le dialogue dont il est question, personne n’a empêché ni L’UFR ni l’UFDG ni le RPG-AEC de prendre part au dialogue. Ces partis ont décidé, en solidarité avec leurs leaders, ils ne viennent pas au dialogue” a laissé entendre le Ministre des Télécommunications et de l’Economie Numérique. 

Preuve que le dialogue est une histoire ancienne, Ousmane Gaoual Diallo leur donne pour seul conseil de “tourner la page”. Il poursuit, en affirmant que la seule chose qui leur reste à faire “c’est de regarder les thématiques de la transition qui sont entrain d’être mis en place. Lorsque le recensement va commencer, c’est de mobiliser leurs partisans pour que ceci se recensent. Lorsque qu’il y a telle ou telle activité qui nécessite leur implication qu’ils s’impliquent.” conclut-il. 

Mamadou Ciré Barry pour Kumpital.com 

Continuer à lire

News

Conakry : Cette mise au point importante de Doumbouya à ses ministres 

Publié

le

Par

Le conseil ordinaire des ministres s’est tenu ce jeudi, 19 janvier 2023 à Conakry. Comme d’habitude, il était placé sous la présidence de Mamadi Doumbouya, président de la transition. Conseil des ministres au cours duquel, le Colonel a encouragé les membres du gouvernement à oser la rupture avec les anciennes pratiques. 

Cependant, le Chef de l’État reconnaît que tous ces changements ne sont pas forcément du goût de certaines personnes. Des individus qui selon lui,  ne souhaiteraient pas voir la Transition réussir. « Malheureusement, ces personnes sont parmi nous, avec nous et parfois à côté de nous, elles peuvent être des collaborateurs, des amis, la famille ou de simples connaissances » Explique Mamadi Doumbouya en conseil des ministres. 

Selon le compte rendu du conseil des ministres, le Président de la Transition a par ailleurs invité les membres du Gouvernement à la vigilance. À ne pas céder ni aux sentiments, ni à la région, ni à la religion, ni à l’ethnie ou quelques autres motifs que ce soient.

Mamadou Ciré Barry pour Kumpital.com 

Continuer à lire

Tendances